Pourquoi la consommation de viande de porc est-elle interdite en Islam ?

L’interdiction de la consommation de viande de porc en Islam est bien connue. C’est peut-être d’ailleurs ce qui est le plus connu (avec l’alcool), si on devait poser la question à nombre de gens non-musulmans.

On peut se demander pourquoi cette viande est considérée comme mauvaise, puisqu’elle est consommée dans plusieurs parties du monde.  Le fait que cette viande contienne des parasites et transmette des maladies très nocives, pour l’homme, peut paraître comme une raison valable pour l’interdire.  Mais lorsqu’on essaie de comprendre la raison pour laquelle les musulmans s’abstiennent de manger du porc, ce souci de santé et d’hygiène devient secondaire.  Car si les musulmans ne mangent pas de porc et ses produits dérivés, c’est tout simplement parce que Dieu le leur a interdit.

Du point de vue religieux :

L’islam constitue un mode de vie holistique qui tient compte du bien-être physique, spirituel et émotionnel des êtres humains.  Dieu nous a créés dans un unique objectif : « être adoré de nous » (Coran, Sourate 51, verset 56). Mais Il ne nous a pas abandonnés à l’instabilité et à l’insécurité.  Il nous a envoyé un livre pour nous guider (le Coran), de même que des prophètes et des messagers pour nous expliquer que placer notre confiance en Dieu est notre meilleur gage de succès dans ce monde comme dans l’au-delà.

Le musulman passe sa vie à tenter d’obtenir la satisfaction de Dieu en l’adorant et en obéissant à Ses lois.  L’une d’elles est l’interdiction de consommer du porc et ses produits dérivés. Allah dit dans le Saint Coran :

« Il ne vous a interdit que les charognes, le sang, la viande de porc et ce qui a été sacrifié au nom d’un autre que Dieu. » (Coran, Sourate 2, verset 173)

Dans certains cas, il se peut que nous ne sachions jamais très bien pourquoi Dieu ordonne ou interdit certaines choses.  Dans le cas du porc, aucune raison précise n’est donnée, sauf dans le verset 145 de la sourate 6 du Coran, où Dieu dit, en faisant référence à la chair de porc, qu’elle est « impure ».  Le musulman se soumet volontairement aux commandements de Dieu, sans toujours chercher à connaître les raisons qui motivent ces commandements.  De plus, Dieu a clairement affirmé que le croyant est celui qui, lorsqu’il entend le commandement de Dieu, s’y soumet immédiatement :

« La seule parole des (véritables) croyants, lorsqu’ils sont cités devant Dieu et Son messager pour que celui-ci juge entre eux est : « Nous avons entendu et nous obéissons. »  Voilà ceux qui réussissent. » (Coran, Sourate 24, verset 51)

« Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois que Dieu et Son messager ont décidé d’une chose (pour eux), d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir.  Et quiconque désobéit à Dieu et à Son messager s’égare de toute évidence. » (Coran, Sourate 33, verset 36)

Le croyant comprend que Dieu est le plus Sage et qu’Il est très Juste et que, par conséquent, Ses lois visent notre bien-être, qu’il soit physique, émotionnel ou spirituel.  Le Créateur connaît mieux que quiconque la meilleure manière, pour Sa création, de vivre en ce bas monde, tout en se préparant pour l’au-delà.  Il n’est permis, au musulman, de consommer du porc en aucune circonstance, sauf en cas de situation désespérée, où la vie de la personne en dépend.  Car, règle générale, en cas de nécessité extrême, ce qui est interdit devient permis.

Dieu nous permet de jouir de toutes les bonnes choses et nous interdit les choses qui sont susceptibles de nuire à notre foi, notre santé, notre bien-être et nos mœurs.  Par conséquent, le musulman est très conscient des dangers liés au fait de consommer des boissons ou aliments interdits et c’est pourquoi il s’efforce de ne consommer que ce qui est permis, même si cela implique qu’il fasse des efforts ou des dépenses supplémentaires.

Si un croyant consomme du porc par inadvertance ou sans le savoir, cela n’est pas compté comme un péché.  Dieu ne châtie jamais quelqu’un pour son manque de connaissance ni pour un oubli ou une erreur.  Mais si le croyant sait, avec certitude, qu’une nourriture, une boisson ou un médicament contient du porc ou un produit dérivé, il lui est totalement interdit de le consommer.  S’il a des doutes, il doit faire des efforts pour s’informer correctement ou alors s’abstenir, car l’interdiction s’applique indépendamment de la quantité de porc dans un produit.  De nos jours, il est facile d’obtenir les listes d’ingrédients de la plupart des produits directement chez les manufacturiers.

Les juristes musulmans ont des opinions différentes sur les produits dérivés du porc qui ont subi une importante transformation. L’Organisation islamique des sciences médicales croit qu’une transformation importante (comme certains additifs dans les médicaments ou produits de consommation) annule l’interdiction.  Il n’y a toutefois aucune différence d’opinion quant au fait que la viande de porc transformée, comme le bacon, est tout à fait interdite.

L’interdiction en islam de la consommation de porc se résume par les paroles d’Allah au travers de ces versets :

«  Ô les croyants ! Mangez des (nourritures) licites que Nous vous avons attribuées. Et remerciez Allah, si c’est Lui que vous adorez. Certes, Il vous est interdit la chair d’une bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu’Allah. Il n’y a pas de péché sur celui qui est contraint sans toutefois abuser ni transgresser, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » (Coran,  Sourate 2, verset 173)

« Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d’Allah, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne, et celle qu’une bête féroce a dévorée – sauf celle que vous égorgez avant qu’elle ne soit morte » (Coran, Sourate 5, verset 3)

« Dis : “Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, à aucun mangeur d’en manger, que la bête (trouvée) morte, ou le sang qu’on a fait couler, ou la chair de porc – car c’est une souillure – ou ce qui, par perversité, a été sacrifié à autre qu’Allah.” Quiconque est contraint, sans toutefois abuser ou transgresser, ton Seigneur est certes Pardonneur et Miséricordieux. » (Coran, Sourate 6, verset 145)

« Il vous a, en effet, interdit (la chair) de la bête morte, le sang, la chair de porc, et la bête sur laquelle un autre nom que celui d’Allah a été invoque. Mais quiconque en mange sous contrainte, et n’est ni rebelle ni transgresseur, alors Allah est Pardonneur et Miséricordieux » (Coran, Sourate 16, verset 115)

La Bible interdit également à nos amis Chrétiens et Juifs la consommation de porc. L’interdiction de la consommation de porc dans l’Islam ne date pas de son arrivée, puisque cette interdiction existait déjà bien avant chez les Israélites.

D’ailleurs dans les textes Juifs et Chrétiens , il est écrit :

« Qui fait des sépulcres sa demeure, Et passe la nuit dans les cavernes, Mangeant de la chair de porc, Et ayant dans ses vases des mets impurs » (Bible, Essaïe 66:4)

« Celui qui immole un boeuf est comme celui qui tuerait un homme, Celui qui sacrifie un agneau est comme celui qui romprait la nuque à un chien, Celui qui présente une offrande est comme celui qui répandrait du sang de porc, Celui qui brûle de l’encens est comme celui qui adorerait des idoles ; Tous ceux-là se complaisent dans leurs voies, Et leur âme trouve du plaisir dans leurs abominations » (Bible, Essaïe 66:3)

« Ceux qui se sanctifient et se purifient dans les jardins, Au milieu desquels ils vont un à un, Qui mangent de la chair de porc, Des choses abominables et des souris, Tous ceux-là périront, dit l’Éternel » (Bible, Essaïe 66:17)

Les religions précédent l’islam interdisent la consommation de porc et le considère même comme un animal impure. Ainsi la raison interdisant la consommation de porc aux musulmans serait la même que celle l’interdisant aux gens du livres .

« Et le porc, bien qu’il ait la corne divisée et le pied fourchu, cependant il ne rumine pas ; il vous est souillé ; Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leur carcasse ; ils vous sont souillés. » (Bible, Lévitique 11:7-8)

« Ainsi que le porc, car il a la corne divisée, cependant il ne rumine pas : il vous est souillé; vous ne mangerez pas de leur chair; et vous ne toucherez pas leur carcasse. » (Bible, Deutéronome 14:8)

« J’ai étendu mes mains tout le jour vers un peuple rebelle, qui marche dans un chemin qui n’est pas bon, [à savoir] après leurs propres pensées ; Un peuple qui m’affronte continuellement, qui sacrifient dans les jardins et brûle de l’encens sur les autels de briques ; Qui se tiennent dans les tombes et passent la nuit dans les monuments, qui mangent la chair de pourceau, et le bouillon d’abominables choses est dans leurs récipients ; Qui disent : Tiens-toi là, ne t’approche pas de moi, car je suis plus saint que toi. Ceux-là sont une fumée à mes narines, un feu qui brûle tout le jour. » (Bible, Isaïe 65:2-5)

Ainsi les versets mentionnant cette interdiction (que ce soit dans le Coran, la Bible ou la Thora) sont nombreux et clairs à ce sujet. De plus au niveau scientifique, la récente éclosion de grippe porcine au Mexique et en Amérique du Nord a amené certains pays à procéder à l’abattage en masse de porcs.  Il existe de nombreuses preuves scientifiques suggérant que les porcs abritent des parasites nocifs pour les humains et que cet animal est considéré comme le terrain propice idéal pour l’influenza.

Du point de vus scientifique :

Les virologues savent depuis longtemps que le porc est un terreau fertile pour des virus tels l’influenza.  Le microbiologiste et expert en immunologie Graham Burgess a dit :

« Les virus qui se développent chez les poules peuvent potentiellement se développer chez le porc; et ceux qui se développent chez les humains peuvent potentiellement se développer chez le porc.  Nous considérons donc le porc comme un terreau extrêmement fertile pour plusieurs types de virus et nous savons qu’il peut jouer un rôle dominant dans la transmission de nouveaux virus. », (James Cook University, Queensland Australia)

Le porc est connu pour abriter toutes sortes de parasites, de bactéries et de virus.  La cysticercose est une infection parasitaire du système nerveux central causée par les larves d’un ver plat, le tænia solium, que l’on retrouve habituellement chez le porc.  L’infection se produit lorsque les larves pénètrent dans l’organisme et provoquent la formation de kystes.  On retrouve ce ver, chez le porc, à peu près partout dans le monde, mais il affecte plus de gens dans les pays pauvres et sous-développés où les porcs circulent souvent librement, parmi les gens, et mangent même les excréments humains.  Cela ne signifie pas, évidemment, que les pays industrialisés soient à l’abri de ce problème.  Par ailleurs, le Center for Disease Control (organisation de santé publique américaine) rapporte que les cas sont quasi inexistants dans les pays musulmans, où les gens ne consomment pas de porc.

La trichinose, une autre infection parasitaire, est causée par le fait de manger de la viande crue ou insuffisamment cuite d’animaux infectés par les larves d’un ver appelé trichinella, que l’on retrouve surtout dans la viande de porc et dans certaines viandes de gibiers carnivores. La CDC met en garde contre ce parasite, car si un être humain mange de la viande d’un animal contenant des kystes associés à ce parasite, les sucs gastriques de son estomac feront se dissoudre la pellicule extérieure des kystes pour libérer les larves dans l’organisme.

Les larves se dirigent ensuite vers le petit intestin et viennent à maturité en moins de deux jours.  C’est alors que les femelles pondent leurs œufs, qui forment de nouvelles larves, qui elles voyagent par les artères jusqu’aux muscles.  Dans les muscles, les vers s’enroulent sur eux-mêmes et forment un kyste; ils sont alors encapsulés.  Le nombre de cas de trichinose, dans le monde, décroit de manière régulière grâce à la prise de conscience du public sur les dangers de manger de la viande de porc crue ou insuffisamment cuite et à l’interdiction de nourrir les porcs avec de la viande crue.

Les porcs sont omnivores et mangent donc à peu près n’importe quoi, incluant des insectes morts, des vers, des charognes, des ordures et même d’autres porcs.  Ils possèdent peu de glandes sudoripares, ce qui fait que leur corps est incapable de se débarrasser entièrement de ses toxines.  De nouvelles études démontrent que certaines techniques agricoles mènent directement à la propagation des infections bactériennes.

Les porcs vivent souvent dans des endroits restreints et malpropres et des études démontrent qu’ils abritent des bactéries de plus en plus résistantes aux antibiotiques.  Ces bactéries entrent ensuite dans la chaîne alimentaire et de récentes recherches, aux États-Unis, indiquent que 49% des porcs et 45% de ceux qui travaillent avec les porcs abritent maintenant ces bactéries responsables de la mort de plus de 18 000 personnes par année aux États-Unis.

« Il ne vous a interdit que les charognes, le sang, la viande de porc et ce qui a été sacrifié au nom d’un autre que Dieu. » (Coran, Sourate 2, verset 173)

« Dis : « Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve (aucune viande) qui soit interdite à celui qui souhaite en manger à part les charognes, le sang qu’on a fait couler ou la chair de porc – car c’est vraiment une souillure – ou ce qui, par transgression, a été sacrifié au nom d’un autre que Dieu. » (Coran, Sourate 6, verset 145)

Les musulmans s’abstiennent de consommer du porc et de ses produits dérivés parce que Dieu le leur a interdit.  Et quelques recherches sur l’anatomie du porc et son mode de vie nous apprennent qu’il s’agit certainement d’un animal très malpropre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*