Traiter sa (les) femme(s) avec amabilité

Dieu ordonne aux hommes de faire preuve de gentillesse envers leurs femmes et de faire de leur mieux pour les traiter avec bonté.

« Et comportez-vous de manière convenable envers elles … » (Coran, Sourate 4, verset 19)

Le Messager de Dieu a dit :

« Les meilleurs parmi les croyants sont ceux qui ont le meilleur tempérament. Et les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs envers leurs femmes. » (At-Tirmidh)

Le Prophète de miséricorde nous a dit que la façon dont un mari traite son épouse est le reflet du bon caractère dont un musulman devrait faire preuve, et que ce caractère est lui-même le reflet de la foi de l’homme.

Par quels moyens un mari musulman peut-il se montrer bon envers sa femme ?

Il devrait lui sourire, éviter de la blesser, veiller à faire disparaître ce qui pourrait lui nuire, la traiter avec gentillesse et faire preuve de patience envers elle. Une bonne communication fait partie de la gentillesse. Un mari devrait être disposé à s’ouvrir et à être à l’écoute de sa femme. Souvent, le mari ne souhaite qu’exprimer ses frustrations (qu’il accumule au travail, par exemple). Il ne doit pas oublier de lui demander ce qui la contrarie (comme lorsque les enfants ne veulent pas faire leurs devoirs, par exemple). Un mari ne devrait pas avoir de discussion importante avec sa femme que lorsque l’un des deux est en colère, fatigué, ou affamé. La communication, le compromis et avoir de l’égard l’un pour l’autre constituent les pierres angulaires du mariage.

Encourager sa femme est aussi une preuve de gentillesse. L’admiration la plus profonde provient d’un cœur sincère qui remarque ce qui importe vraiment – ce que la femme chérit le plus. Donc un mari doit se questionner sur ce qui cause le plus d’insécurité chez sa femme et découvrir ce qui lui tient le plus à cœur. C’est là la zone agréable où la femme sentira que les éloges qui lui sont faits sont les plus mérités. Plus le mari concentrera ses compliments dans cette zone, plus la femme se sentira admirée et plus cette saine habitude portera fruit. Les mots gentils peuvent être du genre : « j’aime ta manière de penser », « ces vêtements t’embellissent », et « j’aime beaucoup entendre ta voix au téléphone ».

Les être humains ne sont pas parfaits. Le messager de Dieu a dit :

« Un croyant ne devrait pas détester une croyante. S’il n’aime pas un aspect de son caractère, certains autres devraient lui plaire. » (Sahih Mouslim)

Un homme ne devrait pas détester sa femme, car s’il n’aime pas quelque chose en elle, il trouvera chez elle autre chose qui le comblera, s’il se donne la peine de chercher. Un moyen de se rendre compte de ce qu’il aime chez sa femme est de faire une liste d’une demi-douzaine de qualités qu’il apprécie chez elle. Les experts en relations de couples recommandent que l’homme soit le plus spécifique possible et qu’il se concentre sur les traits de caractères de son épouse – tout comme le prophète de l’islam l’avait recommandé – et pas seulement sur ce qu’elle fait pour lui. Par exemple, un mari peut apprécier la manière dont sa femme plie et range son linge propre, mais le trait de caractère associé pourrait être qu’elle est prévenante et attentionnée. Le mari devrait considérer des traits qui suscitent l’admiration, tels que compatissante, généreuse, gentille, fervente dans sa foi, créative, élégante, honnête, affectionnée, énergique, douce, optimiste, convaincue, fidèle, confiante, de bonne humeur, etc. Le mari devrait se donner un peu de temps pour établir cette liste, et la relire en temps de conflit, lorsqu’il est le plus enclin à détester sa femme. Cela l’aidera à être plus conscient des attributs positifs de sa femme et il sera plus à même de les apprécier.

Un des compagnons demanda au prophète de Dieu : « Quel est le droit de la femme sur l’homme ? » Il dit :

« Que tu la nourrisses quand tu manges et que tu l’habilles quand tu te vêtis, et que tu ne la frappes jamais au visage. Ne dis pas du mal d’elle et ne t’éloigne pas d’elle, excepté dans la maison. » (Abou Daoud)

Le conflit est presque inévitable dans un mariage et cela provoque beaucoup de colère. Bien que la colère soit l’un des sentiments les plus difficiles à gérer, le premier pas pour pouvoir la contrôler est d’apprendre à pardonner à ceux qui nous blessent. En cas de conflit, un mari ne doit pas cesser de parler à sa femme ni la blesser par de mauvaises paroles, mais il peut arrêter de dormir dans le même lit si cela est susceptible d’améliorer la situation. En aucun cas, même sous le coup de la colère ou même s’il se sent justifié de le faire, un mari n’est autorisé à dire du mal de sa femme en utilisant des mots d’insultes ou à lui causer une quelconque blessure.

La religion de l’Islam est venue avec la justice et a accordé à l’homme et à la femme chacun son juste droit. La femme ne subit pas d’injustice. Son honneur demeure sauf, ainsi que sa dignité et sa chasteté. L’Islam a fait que la femme soit pure, préservée d’être un objet de distraction et d’amusement pour les hommes injustes ou que son droit ne soit perdu.

Qu’elle soit épouse, mère ou sœur, l’Islam a accordé à la femme un rôle important au service de la société pour l’éducation des générations futures conformément à la guidée de la Loi et à la guidée du Messager éminent (PBSL).

La relation du couple entre l’homme et la femme doit être basée sur l’amour et la miséricorde pour que chacun des deux époux trouvent un réconfort auprès de l’autre. L’Islam a rendu obligatoire, par ses principes bien guidés, des droits de la femme sur son époux, tels que si les gens œuvraient conformément à ces principes, il y aurait une félicité et un bonheur et l’amour entre les époux durerait.

Allah a accordé un bienfait aux hommes en leur accordant une femme en tant que compagne de leur vie et mère de leurs enfants. Ainsi, l’épouse n’est ni une esclave, ni celle qui subit l’injustice du mari. Il n’y a pas une domination ou une oppression entre l’homme et son épouse, mais plutôt un amour, une compréhension et un respect réciproque. Le Messager (PBSL) a dit :

« Dans le bas-monde, il y a des biens et parmi les meilleurs des biens il y a la femme vertueuse »

Allah dit dans le Coran :

« Parmi les signes que Allah vous a donné, c’est qu’Il vous a crée des épouses pour que vous trouviez du réconfort auprès d’elles et Il a fait qu’il y ait entre vous de l’amour et de la miséricorde. Il y a certes là des signes pour ceux qui réfléchissent et qui méditent » (Coran, Sourate 30,verset 21)

Il est également important pour le bien et le respect de l’épouse, que le musulman s’habitue à être propre dans son corps et ses vêtements, et qu’il se parfume avec de belles odeurs qu’apprécient son épouse. En effet, ceci lui réjouit son cœur et embaume ses perceptions et ses sentiments. Il convient donc qu’il ne néglige pas cela, pour que l’amour et l’amitié durent entre lui et son épouse.

Parmi ce qui fait également augmenter l’amour dans un couple et qui fait intégralement parti du respect de la femme, c’est que le musulman soit modeste avec elle pour les affaires de la maison. Qu’il soit à son service pour l’aider, en faisant preuve de modestie selon le Jugement d’Allah, en recherchant par cela des récompenses de la part d’Allah, car la modestie par recherche de l’agrément d’Allah est une voie pour les hauts degrés.

Prendre exemple en cela sur le Messager d’Allah (PBSL), il a été rapporté de l’une de ses épouses que le Prophète (PBSL) était chez lui au service de sa famille. Il aidait ses femmes dans les tâches ménagères pour le nettoyage, il raccommodait lui-même ses vêtements, et il réparait lui-même ses sandales, il faisait également la traite de la brebis lui-même. Il n’agissait pas avec les gens comme font certains rois avec leurs sujets. Il enseignait ainsi à sa communauté la modestie par recherche de l’agrément d’Allah et la bonne vie conjugale.

Il a été rapporté dans le hadith que Aicha a été interrogée sur ce que le Messager faisait à la maison et qu’elle a répondu : « Il faisait ce que fait un homme chez lui », c’est-à-dire qu’il aidait aux tâches ménagères. Les prophètes sont parmi les gens ceux qui sont les plus modestes. Le Prophète (PBSL) a dit :

« Il n’y a pas une seule personne qui a fait preuve de modestie par recherche de l’agrément de Allah sans que Allah ne l’élève en degré »

« Les croyants qui ont la foi la plus complète sont ceux qui ont le meilleur comportement, et parmi les meilleurs d’entre vous, il y a ceux qui sont les meilleurs envers leurs épouses »

Le Prophète (PBSL) a recommandé de vivre une bonne vie en commun avec l’épouse, de supporter ce qu’elle pourrait faire, de fermer les yeux sur certaines défaillances qui pourraient provenir d’elle. Il nous a enseigné les règles de la vie conjugale, il nous a donné en exemple sa propre personne. Celui qui veut une famille heureuse, bénie, paisible, qu’il fasse preuve de piété envers Allah, car c’est la base de toute chose, qu’il délaisse la colère et qu’il préserve sa langue de dire ce que Allah a interdit.

Ainsi, nous terminons ce conseil en rappelant à l’homme d’agir avec bienfaisance et douceur envers son épouse, en prenant en exemple pour cela le Prophète Mohammed (PBSL). Agir avec elle avec tendresse et miséricorde, avec bienfaisance, avec un sourire, une modestie et un pardon, et ne pas répondre au mal par le mal. Suivre la voie de la sagesse, de la tendresse et de la miséricorde. Ne pas charger son épouse de choses qu’elle ne peut supporter et être à ses côtés lors des difficultés. Tout cela pour : gagner la satisfaction d’Allah, quoi de plus honorable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*