Sermon du 16 septembre 2016 : Le décès du Saint Prophète Mohammad (BDSL)

Le Créateur des Cieux et de la Terre (Glorifié soit-IL) a honoré et privilégié son Messager Mohammad (BDSL) comme aucune créature avant lui sans toutefois l’épargner de la mort.

IL (Exalté soit-IL) dit dans le Saint Coran (S.50 – V.19) :« L’agonie de la mort fait apparaître la vérité: «Voilà ce dont tu t’écartais» ».

D’après l’Imam Tabarani, que Dieu lui fasse Miséricorde, Jâbir Ibn Abdillah (que Dieu l’Agréé) a rapporté : «  Lorsque la sourate An-Nasr (Le Secours) fût révélée, le Prophète (BDSL) demanda à Jibril (que la Paix soit sur lui) : «  M’annonces-tu mon décès ô Jibril ? ». L’Archange (PL) répondit : « Et l’au-delà est meilleur pour toi que ce bas-monde ».

Au début du mois de Safar de la 11ème année, le Prophète (BDSL) alla à Uhud où il pria en faveur des martyrs, un peu comme une prière d’adieu. Puis, montant sur le minbar, Il (BDSL) dit : « Je vais vous précéder et je serai un témoin pour vous. Par ALLAH, je peux voir en ce moment-même mon bassin ! Les clefs des trésors de la Terre m’ont étés données ! Par ALLAH, ce que je crains pour vous, ce n’est pas que vous retourniez à l’idolâtrie après ma mort mais plutôt que vous rivalisiez au sujet des biens de ce monde ! ».

Il (BDSL) dit ensuite : « ALLAH a demandé à Son serviteur de choisir entre les biens de ce monde et ce qui se trouve auprès de Lui et le serviteur a fait le second choix ».

Abu Bakr As-Siddiq (DA) compris que le Prophète (BDSL) parlait de lui et se mit à pleurer et dit « Que nos pères et nos mères soient sacrifiés pour toi ! ». Les Compagnons s’étonnèrent de le voir pleurer. Seul Abou Bakr (DA) avait compris la parole du Messager d’ALLAH (BDSL).

Quelques jours plus tard, l’envoyer d’ALLAH (BDSL) se rendit à un enterrement au cimetière d’Al-Baqir. Sur le chemin du retour, il ressentit des maux de tête et une fièvre qui transparaissait son turban. Lorsqu’Il (BDSL) était chez son épouse Maymouna (DA) la douleur fût si violente qu’Il (BDSL) réunit ses épouses et leur demanda la permission de se reposer chez Aïcha (DA). Elles acceptèrent. La douleur devenait de plus en plus violente. Aïcha (DA) récitait des versets et des invocations qu’elle avait appris de lui. Elle soufflait sur les mains du Messager d’ALLAH (BDSL) avant de les passer sur le corps de celui-ci, en espérant bénéficier de la bénédiction d’ALLAH (Glorifié soit-IL). Sa maladie dura treize ou quatorze jours et pendant onze jours, Il (BDSL) continua à éduquer, à conseiller et à présider la prière.

D’après Anas (DA) rapporte : « Lorsque l’envoyé d’ALLAH (BDSL) s’alourdit et perdit connaissance, Fâtima (DA) dit : « Mon Père souffre ». Le Prophète (BDSL) lui répondît : « Plus de souffrance pour ton père après ce jour !».

La maladie devenait insupportable au point où il demanda à Abou Bakr de conduire la prière.

Abdillah Ibn Masroud (DA) rendit visite au Messager d’ALLAH (BDSL) et il (DA) lui dit : « Je te vois souffrir de la fièvre ». Le Messager d’ALLAH (BDSL) lui répondit : « Je souffre l’équivalent de deux hommes parmi vous !». Abdillah Ibn Masroud (DA) lui dit alors : « Tu auras certes deux récompenses !». Il (BDSL) lui annonça alors : « Par Celui qui détient mon âme entre Ses Mains, il n’y a pas un musulman sur Terre qui souffre d’une maladie ou autre chose de pareil sans qu’ALLAH ne dépose ses péchés comme l’arbre dépose ses feuilles! ».

Jâbir (DA) rapporta que trois jours avant sa mort, le Prophète (BDSL) dit : « Ne mourez qu’en pensant du bien d’ALLAH ! ».

Le Prophète (BDSL) fît appelé sa fille Fâtima (DA). Il (BDSL) lui murmura quelque chose à l’oreille et elle se mit à pleurer. Il (BDSL) lui murmura autre chose à l’oreille, et elle se mit à rire. Lorsqu’on lui demanda les raisons de ses pleures et ses rires, elle (DA) dit : « Le Messager d’A. (BDSL) m’a dit que son âme serait pris à cause de sa maladie. Là je me suis mise à pleurer. Ensuite, Il (BDSL) m’a annoncé que je serais la première de sa famille à le rejoindre et là, j’ai ri !».

Les dernières recommandations qu’Il (BDSL) fît aux gens furent celles concernant l’accomplissement de la prière et le bienfaisance. Il (BDSL) répéta ces recommandations plusieurs fois.

Après avoir terminer de se brosser les dents, avec un siwak que Aïcha (DA) venait de ramollir pour lui, Il (BDSL) leva la main (ou le doigt) tout en regardant au plafond. Ses lèvres bougèrent. Aïcha (DA) l’entendit dire : « Près de ceux que Tu as comblés de Ta Grâce ! Avec les Prophètes, les Véridiques, les Martyrs et les Pieux ! Ô Seigneurs ! Pardonne-moi, fais-moi miséricorde et fais-moi rejoindre la compagnie suprême ! ».

L’agonie du Saint Prophète (BDSL) commença. Aïcha (DA) le tenait tout contre elle en disant : « Parmi les faveurs qu’ALLAH m’a accordées, il y a celle d’avoir vu le Prophète (BDSL) mourir chez moi, tout contre moi, ma salive unie à la sienne au moment de sa mort ! ».

A l’annonce du décès du Saint Prophète Mohammad (BDSL), Omar Ibn Al-Khattab (DA), sous le choc, se mît à crier et dit : « Certains hypocrites prétendent que le Messager d’ALLAH est mort. Non ! Il n’est pas mort, il est seulement parti à la rencontre de son Seigneur et il reviendra comme Moussa Ibn Imran qui s’est absenté pendant quarante jours et est revenu ensuite ! Par ALLAH, il reviendra pour couper les membres de ceux qui annonçait sa mort ! ».

Ali Ibn Abi Taleb (DA) s’est effondré par terre sans pouvoir se relever. Otmane Ibn Affan (DA) est resté muet alors qu’on le secouait et le sollicitait. Fâtima (DA) dit ces vers : « Mon père fut appelé par son Seigneur Ô mon père, le Paradis al-Firdaws est ta demeure Ô mon père, à l’Archange Jibril nous annonçons ta mort ! »

Abu Bakr (DA) ne parlait pas non plus jusqu’à ce qu’il alla avec Omar (DA) voir le corps, Saint et Béni, du Noble Prophète (BDSL). Il (BDSL) était étendu dans la maison de Aïcha (DA). Abu Bakr (DA) retira le voilà qui enveloppait le visage du Prophète (BDSL) et l’embrassa sur le front en pleurant et dit : « Que soit sacrifié pour toi mon père et ma mère ! ALLAH ne te fera pas mourir deux fois et la mort qui t’a été prescrite est certes venu à toi !».

Puis il sortit et vit Omar (DA) qui parlait aux gens. Il (DA) lui demanda de s’assoir mais il (DA) refusa. Les gens qui entouraient Omar (DA) le quittèrent et allèrent rejoindre Abou Bakr As-Saddiq (DA) qui monta sur le minbar, remercia et loua le Très-haut (Glorifié soit-IL) et dit : « Que ceux d’entre vous qui adoraient Muhammad (BDSL) sache que Muhammad (BDSL) est mort et que ceux qui adoraient ALLAH sache qu’ALLAH est le Vivant qui ne meurt jamais ! ».

Abou Bakr (DA) récita ensuite le verset144 de la sourate A’li 3imran : « Muḥammad n’est qu’un messager – des messagers avant lui sont passés -. S’il mourait, donc, ou s’il était tué, retourneriez-vous sur vos talons? Quiconque retourne sur ses talons ne nuira en rien à ALLAH; et ALLAH récompensera bientôt les reconnaissants ».

Ibn Abbas (DA) dit à ce propos : « Par ALLAH ! C’était comme si les gens ne savaient pas qu’ALLAH avait révélé ce verset avant qu’Abou Bakr ne le récite ! Tous se mirent alors à l’écouter puis à le réciter ».

Omar (DA) dit : « Par ALLAH, lorsque j’entendis Abou Bakr réciter ce verset, mes jambes fléchirent et je me sentais tomber. C’est alors que je compris que le Messager d’ALLAH. était décédé ».

Le Noble Prophète fût laver et enterré dans la maison de Aïcha (DA). Abou Bakr (DAS) rapporta avoir entendu le Messager d’ALLAH (BDSL) dire : « Lorsqu’un prophète décède, il est enterré dans le lieu où il a rendu l’âme ».

Le Prophète Mohammad Ibn Abdillah (BDSL) mourût en milieu de matinée, le lundi 12 Rabi3 al-Awwal de la onzième année de l’Hégire à l’âge de 63 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*